réforme de l'enseignement supérieur

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Lun 9 Juin - 14:09

Fred,

merci de ton message. Mais permets-moi de douter que les changements dont tu parles soient synonyme de grande révolution ou à même de résoudre le problème dont les grandes écoles ne sont que le symptôme !


fred78 a écrit:Hier a eu lieu à SciencesPo. un très intéressant colloque organisé par l'association Santé Grandes Ecoles: "Réussir, pour quoi faire. Les grandes écoles, le temps du changement." Toute une partie a porté sur les évolutions récentes: ouverture et diversification. Ouverture sociale, diversification des recrutements, intégration de nouvelles filières, forte ouverture aux étrangers...Le tout sans discrimination positive, mais basée sur l'information, l'aide aux postulants, sur le mérite
avant tout aussi. Le modèle "reproduction des élites entre elles, celui présenté autrefois par Bourdieu, a un sacré coup dans l'aile.

Pour comprendre que tout n'est encore que bonnes intentions qui ne mangent pas de pain poses-toi la question de "Qui sera informé par cette bonne information ? Qui seront les postulants qui seront aidés ? Qui dans notre système scolaire est considéré comme méritant ? Tu ajoutes ensuite un détour par les stats et tu as le résultat : rien ne bougera d'un poil !

Cela me rappelle, le coup de science po d'aller chercher des gamins dans les Zep, et de leur offrir un concours spécial : c' est plus "un coup de pub" et ne concerne tout au plus qu'une trentaine de destins individuels, sans changer rien du tout au système inique de sélection de nos responsables politiques (voire il se trouve renforcé avec ce genre de rustine)...Même si à n'en pas douter, cela procède toujours au départ de bons sentiments de la part de ces responsables, qui au fond sont juste capable de charité ! ... (qui comme on sait bien ordonnée commence par soi-même !)

Supprimer les grandes écoles serait à mon avis une erreur. Ce système, s'il est bien conduit est un moyen privilégié, propre à notre pays, d'avoir un système éducatif dans le supérieur à la fois efficace et accessible à beaucoup. En parallèle du système universitaire classique.

Je crois qu'il ne s'agit pas de les supprimer, mais de les mettre à portée de tous ceux qui déploieront des efforts pour l'atteindre, comme une étape d'excellence, étape d'études parmi d'autres permettant la réussite de l'ensemble du grand oeuvre d'éducation et de démocratisation de notre pays. Pourquoi les mettre en parallèle à l'université ? Pourquoi avoir 2 systèmes éducatifs en parallèle ? C'est absurde ! Du moins tu ne présentes pas d'arguments convainquants en ce sens !

Je reconnais que le travail à accomplir pour atteindre ces objectifs est encore immense, mais un chemin différent est pris, et il n'y aura pas de retour en arrière.
je crois que tu te méprends : l'avancée dont tu parles n'es que réparation d'une dérive inacceptable jusqu'à maintenant !

Puis tu sais il faut compter aussi avec la diligence de tous les responsables, : ils vont prendre toutes les précautions avant de mettre en application ces minuscules avancées. Ce qui au final fera comme d'habitude "beaucoup de bruit pour rien" !

Ainsi va la France... "Une course de lenteur " comme me le disait hier si judicieusement un adhérent actif du Modem à propos de la démarche de sa construction...
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par fred78 le Lun 9 Juin - 22:31

Hirmente et Claire, je crois que vous n'avez pas un point de vue tout à fait objectif sur le sujet. Ni surtout un jugement très actualisé. Hirmente, au moins pour les filières scientifiques, il y a une grosse concurrence entre écoles (ou plutôt entre pôles d'écoles), et même maintenant sur le plan international.


Claire, ce que tu dis là:

il ne s'agit pas de les supprimer, mais de les mettre à portée de tous,
comme système d'excellence, étape d'études, parmi d'autres permettant
la réussite de l'ensemble du grand oeuvre d'éducation et de
démocratisation de notre pays.

c'est exactement ce que j'ai dit plus haut sur la réelle évolution depuis 5 ans de ces filières. Non que tout soit parfait, certes, mais l'évolution est rapide en terme d'ouverture sociale et de démocratisation. Ce qui en 2001 pouvait apparaître comme un coup de pub, a eu un effet "boule de neige" assez considérable, également grâce à l'action d'associations comme "tremplin", ou d'actions comme "pourquoi pas moi?"...

Mais je ne chercherai pas à vous convaincre tous les 2...connaissant votre goût pour la polémique surtout. je préfère agir au quotidien pour se rapprocher de ces objectifs avec les étudiants dont j'ai la charge...et ceux à venir.
avatar
fred78
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 9
Localisation : 78
Humeur : ronchon
Date d'inscription : 06/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Lun 9 Juin - 23:07

Oui Fred, agis dans ton quotidien, tu as mille fois raison. Surtout si on te laisse quelques marges de manoeuvre pour être constructif.

Simplement à un niveau politique, tu ne peux pas confondre des réformettes de pacotille, avec une transformation profonde d'un système largement inégalitaire, et qui fait des ravages depuis trente ans dans notre pays . Le système grande école est tout de même responsable de la démotivation de millions de jeunes français, du syndrôme de la tentation de l'échec de nombre de nos concitoyens, de la pauperisation de nos universités...

Car qui n'a pas emprunté la voie royale est un nul et un mauvais...qui de plus n' pas à se plaindre de son destin pourri, puisqu'il n'était qu'un mauvais à l'école !

Tandis que celui qui a fait les grandes écoles est un arrogant définitif qui se servira de ses études pour se mettre au service d'un capitalisme financier débridé ou bien pour profiter des bienfaits (sonnants et trébuchants) de la république aux postes haut responsables, et ce pour son son seul profit !
`
Il est là le scandale ! Remets ces écoles dans les universités et tu règles ce problème ! Alors pourquoi n'en es-tu pas d'accord ?
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par fred78 le Dim 15 Juin - 14:18

les clichés

bonne lecture...
avatar
fred78
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 9
Localisation : 78
Humeur : ronchon
Date d'inscription : 06/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 15 Juin - 16:02

Mais pourquoi cette folie de bosser comme un âne ! Juste pour "se sentir" meilleur que les autres ? Pourquoi valoriser cette compétition à outrance ? Qu'est-ce que cela veut dire sociétalement parlant ? Pourquoi ces gens sont considérer les plus méritants de France ? En quoi ??? Quelles qualités de plus ?

J'aimerai un jour avoir des réponses argumentées à ces questions ?

Vers où courent tous ces taupins ?
- Vers les places qui permettent de s'en mettre plein les poches sans prendre aucun risque personnel ?
- Pour être à la sortie le premier à se servir à la pompe du "bien public" en toute impunité ni même investissement personnel ?

Ces brillants élèves qu'apprennent-ils d'autres qu'à résoudre "brillamment" des problèmes pré-définis ? Ne passent-ils pas toute leur précieuse intelligence à prévoir les risques (solutions abstraites à des problèmes irréels) au lieux de créer des nouveaux possibles (solutions concrètes à des problèmes réels) ?

Est-ce que ce que craignent le plus tous ces brillants "impétrants" n'est-il pas de se voir un jour concurrencer, sur la voie de leur propre réussite économique, par des gens hors de leurs sérail ? Ce qui expliquerait cette obsession de la prévision sécuritaire ! Car à imaginer leur mise en vraie compétition avec les autres, ils risqueraient de perdre, ce qui serait à leur yeux la suprême humiliation, eux qui ont tant bossé pour rester aux pouvoirs sans avoir besoin de courage personnel ni de prendre des responsabilités... ni même des risques ?

Les étudiants des grandes écoles sont le syndrôme du phantasme français de la toute puissance ... C'est pour cela qu'ils sont choyés... Sans ce leurre "d'intelligence", l'arrogance Fr n'aurait plus d'objet ! Or la vérité de ce système est que les grandes écoles sont l'instrument de "format-ion" et de "s-élection" de milliers de personnes qui seront "bien placées" afin qu'à leur tour, elles ne fassent qu'un unique et seul travail : protéger l'accès à la citadelle, empêcher que se déroule jamais le combat à la loyale entre compétences pour faire accéder les vrais meilleurs e la société au pouvoir ! Et tout ça à seule fin de conserver leurs prérogatives et leurs privilèges (qui ne leur appartiennent pas), sans jamais plus rien donner en retour à la société française...

Ainsi sous le simulacre de l'excellence, s'entretient depuis des décennies le labyrinthe de protection des mêmes à qui l'on conserve les manettes du pouvoir, inaccessibles à ceux de la société qui n'appartiendraient pas à leur caste, ou qui n'auraient pas été formaté comme il faut pour accomplir cette tâche.
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Mar 5 Aoû - 17:28

Un message que j'ai posté dans la discussion sur le blog de Gynistie sur son article concernant la nomination de l'énarque "méritant" Renaud Dutreil à la tête de LVMH. Article de Gynistie


@JF, le démocrate

Vu ton trajet peut comprendre ton respect de ces élèves sortis des grandes écoles !

Mais sorti de cette admiration personnelle, malheureusement Danièle et les autres ont raison : ces grandes écoles sont un des plus grands maux que connaît aujourd'hui notre société, qui peu ou prou hiérarchise toute la société en fonction du diplôme de départ !

C'est la pièce maîtresse du dispositif de perpétuation des pouvoirs, organisé depuis des lustres par et au service de notre élite déliquescente ; qui grâce à lui empêche le renouvellement des types de compétences au pouvoir, et donc l'adaptation de notre société au monde moderne.

Les élèves qui parviennent à ces écoles n'ont aucun mérite personnel ; les statistiques le prouvent ! Merci Papa Maman Oncle Georges... Les exceptions dont on nous rabâche les oreilles ne font que confirmer la règle d'airain qui pèse si lourd sur notre destin collectif.

Plus que cela, les élèves qui ont atteint ces niveaux n'y sont que par défaut (ou par excès) ; jamais par choix réfléchis ou positifs concernant leur vie: il leur a juste suffit de ne pas échouer, d'être bien classé, de rester conforme, de se formater à la demande (on pourrait même si on étudiait détecter une psychose typique du "bon élève français") ...

C'est une fumisterie grandiose que de confier le destin d'un pays à des gens qui jamais n'ont eu à réfléchir sur (choisir) leur destin personnel.

Car seule l'aptitude à faire des "choix" ou des "actes" , de ceux qui engagent définitivement, de ceux qui comportent un deuil (des autres possibles non choisis) et un risque (d'avoir mal choisi alors qu'on ne peut plus revenir), fait grandir les êtres, leur donne l'autonomie d'esprit suffisant et le sens de la vie!

Le fait d'intégrer ces grandes écoles ne démontre donc pas une intelligence supérieure mais une intelligibilité spéciale du monde, du genre : "savoir brillant pour résoudre des problèmes pré-définis".

En bref, ces élèves, plus tard ces adultes, passeront la plus grande partie de leur temps de vie à lister les contraintes, à prévoir les risques ; à fabriquer des solutions figées, inhumaines... Formation excellente pour construire des ponts, des routes, des logiciels financiers,..., mais totalement stérile car inadaptée à la prise du conscience "tactilement", par tous ses sens, de la réalité, connaissance qui sert alors au développement de systèmes de relations humaines intelligents harmonieux...de ceux qui font les grandes civilisations.

Cependant, comme on leur répète qu'ils sont le sel de la terre, ces faux humains en viennent à considérer les autres comme quantité négligeable, et ils n'apprennent pas l'observation du monde sans préjugé, l'écoute de l'autre,..., Puis se complaisant aussi dans l'abstrait, ils haïssent la réalité, qu'ils trouvent fort vulgaire, bien sale... En conséquence, ils sont incapables de la moindre créativité, de celle qui permet l'existence de nouveaux possibles réels... aux effets imprévisibles...

La somme de toutes ces anomalies tend à verrouiller totalement le système, qui sans démantèlement, condamne la France à sa perte, puisque dirigée par des arrogants irréalistes (qui se croient capables de tout faire sans expérience (beurk!) préalable), qui se mentent à eux-mêmes et aux autres, à jamais incapables de trouver aucune solution politique viable, autrement que pour eux-mêmes, leurs poches ou leurs proches !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum