réforme de l'enseignement supérieur

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 13:49

rasdepop a écrit:

Claire M3T a écrit:

Mais vois-tu les logiques d'accumulation du capital des entreprises ne sont pas forcément antinomiques avec celles d'accumulation des savoirs autrement nommées richesses.


Tout à fait il n'y a pas d'antinomie bien au contraire. Seulement il me semble que l'on a oublié depuis une vingtaine d'année que les services rendus devaient etre réciproques et non à sens unique. Tout fonctionne comme ci l'on voulait former des tetes pensantes pour servir des entreprises dans le seul but est d'accumuler du capital, en oubliant que l'accumulmation du capital stricto sensu est une valeur morte. C'est une logique de stock quand l'entreprise devrait réinvestir massivement les lieux de savoir et de son dévelopement de facon continu et naturel.

C'est pour cela que le fait de supprimer les écoles supprimera le réseau autarcique que celles-ci tissent avec les entreprises comme avec les banques. L'investissement et les capitalisations des entreprises seront déportés au sein de l'université, venant créer un cercle vertueux d'alliances (créé par le phénomène de réseau habituel entre nouveaux et anciens étudiants ) entre étudiants juniors entreprises chercheur public et recherche en entreprise innovation investissement capital et paiement de l'université sur des programmes de recherche, qui par capillarité donneront de l'argent pour investir dans les moyens au service des nouveaux étudiants ...

Ces bassins d'emploi créés à partir et autour de l'université outre que cela permettrait de déclancher de nombreuses activités de hautes technologies, aurait la vertu de mettre en phase les universitaires et les chercheurs avec la sphère économique... Informations qui synthétisées retournerait vers les lycéens et les étudiants pour mieux s'orienter et prévoir les meilleurs potentiels pour leur avenir !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Admin le Dim 6 Avr - 13:53

Cmelzac :

La forme "pétition" s'inscrit dans une initiative que je veux citoyenne et dans l'idée que je me fais de la démocratie. Je souhaite en effet que la démocratie aille vers plus de participation des citoyens, c'est-à-dire vers plus d'engagement de ceux-ci face aux dysfonctionnements de notre société qui sont manifestes. Mon fil aurait eu moins de succès si j'avais simplement écrit une réflexion générale sur l'enseignement. Il fallait un appel à une prise de conscience, et l'étayer par la suite. Premier point.

Ensuite, au risque que vous me trouviez tous très naive, je pense que nous avons trouvé par nous-même des éléments de solution aux problèmes qui se sont posés (j'ai dit éléments et non solutions complètes). Je vais essayer de resynthétiser tout cela: pour répondre à rasdepop, on peut aller vers une société de progrès( j'entends par là intellectuel, social... tout allant de pair bien entendu) et non de seule accumulation du capital, en créant un "modèle français du supérieur". Pour ce qui concerne les modalités, on peut s'inspirer des autres universités au niveau international , et je suis d'accord pour dire avec Arnaud que, sur certains points, le système "britannique" est formidable, mais il faut préserver notre spécificité. Prenons ce qui marche bien ailleurs (Grande-Bretagne, Allemagne...) et adaptons-le (le terme adapter signifiant ici apporter des modifications) à notre société.
Michel m'a dit hier qu'aux USA, si un chercheur ne publie rien dans les trois ans, il est viré. Je ne suis pas pour instaurer un système ultra-compétitif, loin de moi cette idée, mais un chercheur qui, comme c'est le cas pour le directeur de philosophie de l'université de Strasbourg, publie trois livrets (entre 50 et 100 pages), et pas d'ouvrages véritables, en 14 ans, ce n'est pas acceptable. Un chercheur, c'est fait pour chercher et publier les résultats de ses recherches; beaucoup d 'entre eux n'ont pas l'air d'avoir conscience de cette évidence et se contentent de professer des cours informes et lacunaires. Remettons de l'ordre par un système de contrôle. Les locaux, équipements, etc: évidemment on ne va pas raser les grandes écoles, mais rattachons le tout à l'université. Ce que vous entendez par "pôles intégrés" va dans le bon sens. Deuxième point.

Ensuite, les élites, et sur ce point mon point de vue diverge encore de celui d'Alain. Vous vous focalisez sur l'ENA, mais je pense qu'il existe un malaise plus profond. Aujourd'hui, les élites sont déréalisées dans le sens où elles ne s'engagent pas dans le monde. On a l'impression qu'à la limite, les artistes, comme les enfoirés, jouent un plus grand rôle pour éveiller la société sur des problèmes actuels, comme la misère, la précarité persistantes, que les intellectuels eux-mêmes. Ce serait tout de même préférable si des intellectuels élaboraient des réflexions construites sur le monde actuel à l'instar de Sartre (même si je suis loin d"approuver toutes ses prises de position, je vous rassure) de Patocka, dans les années 50-60-70, d'où mon appel au renouveau des élites vers moins de formatage et plus d'esprit critique, et ce n'est pas seulement valable pour l'ENA. Un intellectuel ne doit pas s'enfermer dans des querelles de détail sur tel ou tel livre qui est mal traduit, ou se promener dans des cocktails mondains, c'et quelqu'un qui doit prendre acte des problèmes actuels et travailler à y résoudre. Un intellectuel, ce n'est pas un michel onfray qui donne comme titre à un chapitre d'un de ses ouvrages: "le vatican aime hitler "(effrayant, quelque soient les convictions religieuses que l'on puisse avoir). Pourquoi aucun intellectuel n'interpelle l'opinion sur les défaillances du système éducatif actuel? Il faut redonner aux élites, à toutes les élites, le sens du véritable engagement. Troisième point.

Ensuite, Alain, ton propos est pertinent et rationnellement fondé, mais je ne vois pas ce que tu proposes comme solutions concrètes aux problèmes définis sur ce fil. Peux-tu, je te prie, nous éclairer sur ce point?

Enfin, et là je parle à tout le monde, j'aurais quand même tendance à maintenir ma critique, on dirait que vous voulez confiner ces enjeux au sein du parti modem. Ce n'est pas l'état d'esprit que veut mettre en oeuvre François Bayrou: il faut établir un projet de société en concertation avec les autres partis. Je ne vois pas comment on peut faire infuser l'idée d'une plus grande importance à accorder à l'éducation, ce qui est quand même notre point de départ consensuel, par la seule réflexion au sein d'un fil. Pour répondre à Claire M3T, le débat au sein des universités est souvent noyauté par des syndicats pas toujours très représentatifs(car bien peu d'étudiants votent aux élections) et souvent très à gauche. Par conséquent, je suis d'accord avec Hloben; il faut discuter avec tout le monde; je suis la première à détester les théories des extrêmes, mais il faut se soumettre aux principes démocratiques fondamentaux de notre société.

_________________


Dernière édition par Admin le Dim 6 Avr - 18:46, édité 1 fois

Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 75
Localisation : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://desliberations.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 14:10

Très bien tes trois points précédents, Cmelzac !
je trouve particulièrement intérrant ton passage sur les intellectuels et leur rôle évanoui au sein d'une intelligentsia /société / système éducatif modernes!


Concernant :
Pour répondre à Claire M3T, le débat au sein des universités est souvent noyauté par des syndicats pas toujours très représentatifs(car bien peu d'étudiants votent aux élections) et souvent très à gauche.
Oui mais cmelzac, cela fait parti du problème de trouver les moyens de courcircuiter les syndicats qui sont ne l'oublie pas l'élite de l'université côté étudiant (dans le sens qu'ils veulent conserver leur privilège et leur petit pouvoir).

Par conséquent, je suis d'accord avec Hloben; il faut discuter avec tout le monde; je suis la première à détester les théories des extrêmes, mais il faut se soumettre aux principes démocratiques fondamentaux de notre société.

Et alors comment tu fais concrètement pour discuter avec tout le monde ?
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 14:13

Actuellement le monde politique souffre d'une professionnalisation du "métier" de politicien; cette professionnalisation a perverti l'ENA dont la mission était de former des administrateurs et pas des politiciens ayant pour seule ambition à 20 ans d'entrer dans une écurie présidentielle, source de toutes les carrières. Nous sommes arrivés à un point où le peuple n'est plus représenté que par des fonctionnaires.

C'est un des problèmes principaux en effet. Car seuls les fonctionnaires ne prennent aucun risque personnel à faire de la politique !

Mais nous n'allons pas faire élire tous les fonctionnaires ? Les élire ne nous assureraient pas de leurs compétences ? Et puis, les haut fonctionnaires changent avec le changement des majorités ?

Je ne vois pas de quel a priori tu parles exactement ! Avant de faire élire tous nos fonctionnaires, solution un peu radicale bien que certainement porteuse, je pensais simplement les remettre à égalité des autres citoyens, en obligeant ces hommes et ses femmes, payés par l'état et désireux de faire de la politique, de perdre définitivement leur statut de fonctionnaire ! Ainsi il n'y aurait plus mélange des genres au sein d e notre administrtion nous n'aurions que de fonctionnaires à plein temps !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 14:14

Claire M3T a écrit:
Les énarque aiment les réformes qui ne servent à rien !

Quid de tous les autres pays qui passent par les même problèmes et qui n'ont pas l'ENA?

Mon a priori de base en politique n'est pas exactement celui que tu décris ! Ma règle de base est que les révolutions (les réformes) ne sont jamais faites par ceux qui y ont tout à perdre !

Or en France tu sera obligé de reconnaître, que non seulement ce sont nos fonctionnaires qui font nos lois, mais que la plupart du temps ces lois ne sont pas appliquées ...

Alors c'est vrai que les énarques sont des conservateurs pas des rénovateurs et qu'ils ont tout à perdre à faire des réformes qui serviraient à élever le peuple par exemple !

Evidemment que dans les autres pays ce ne sont pas les énarques mais je suis sûre que ma règle de base s'applique "les dominants n'ont aucun intérêt à faire changer le fonctionnement des institutions qui leur ont permis d'arriver où ils sont !

C'est pour cela que je dis depuis le début que le Modem ne pouvait pas faire dans la demi mesure, ou bien ne rien apporter de nouveau ! C'est la politique à la base qui doit être renouvellée et s'appuyer sur d'autres principes et a priori comme tu dis !

Je comprends que cela puisse faire peur ! Mais vous commencez à le voir avec Sarkozy, les demies mesures ce n'est plus possible !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Admin le Dim 6 Avr - 14:16

Hoblen écrivait
Il se peut qu'il y ait de bonnes idées aussi très à gauche de l'échiquier politique...
ce n'est pas forcément de l'utopie sur 100% des sujets de société.

Je ne sais pas leur position sur le sujet, mais cela me chagrine toujour de voir fermer la porte à certaines catégories de personnes (utopistes ou pas).

Un nouveau forum sur internet comme le suggérait cmelzac me paraît être une bonne idée pour toucher pas mal de personnes au délà des clivages politiques.
Mais cela ne remplace pas le boulot de terrain dans les facs (là, concrètement, je ne vois pas trop comment faire)

Eh bien ce forum on l'a fait !!!!

Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 75
Localisation : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://desliberations.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Admin le Dim 6 Avr - 14:20

Claire M3T a écrit:
Or en France tu sera obligé de reconnaître, que non seulement ce sont nos fonctionnaires qui font nos lois, mais que la plupart du temps ces lois ne sont pas appliquées ...

Les lois nécessaires sont excessivement techniques par besoin, pas pour le plaisir. Pour contrer les abus, il nous faut une plus grande professionnalisation du staff politique (et une plus grande formation de l'opinion sur ces sujets complexes) qui entoure le législateur (et non du législateur lui-même), afin de lui permettre de comprendre au plus tôt les tendances équivoques. D'où le besoin croissant d'admnistrateurs compétents pouvant expliquer clairement les décisions politiques complexes.

Claire M3T a écrit:
Alors c'est vrai que les énarques sont des conservateurs pas des rénovateurs et qu'ils ont tout à perdre à faire des réformes qui serviraient à élever le peuple par exemple !

Dans une certaine mesure oui (mais je n'aime pas tu tout la généralisation en la matière) car ce sont, à la base, des administrateurs et non des politiques.

Claire M3T a écrit:

Evidemment que dans les autres pays ce ne sont pas les énarques mais je suis sûre que ma règle de base s'applique "les dominants n'ont aucun intérêt à faire changer le fonctionnement des institutions qui leur ont permis d'arriver où ils sont !

Tu fais référence à deux choses:


* une dichotomie classique entre réformateurs et révolutionnaires (je fais parti des premiers, toi des deuxièmes par tempérament il me semble, ne voit pas là une agression, seulement une tentative de définir des tendances au mieux) - en effet, les énarques sont, au mieux des réformateurs (jamais des révolutionnaires), au pire des conservateurs
* une séparation entre les intérêts capitalistes et les intérêts généraux (les énarques se placent des deux côtés de la barrière, selon, et ce n'est même pas une histoire de droite / gauche)

Bref, les énarques, ou équivalents étrangers, ne sont pas le centre de ce problème de conservatisme politique. Nous sommes en accord sur le besoin de réforme (mais plus difficilement sur les méthodes). L'adversaire commun est bien Sarkozy & co. car ils représentent les conservateurs (qui n'ont que très peu de volonté de réforme) et les intérêts de sociétés privées (et non l'intérêt général).


Dernière édition par Admin le Dim 6 Avr - 18:56, édité 1 fois

Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 75
Localisation : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://desliberations.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 14:29

je reprends les remarques ci-dessus car la plupart d'entre-elles permettent d'éclaircir nos points de vue radicalement différent d'envisager la politique !

[b]Question 1 : sur la complexité des lois et de la nécessité de professionnels pour l'écrire ou pour entourer nos politiques.


Cela n'engage que moi mais ma réflexion sur la politique comme ma pratique de celle-ci (rédaction de réformes- participation aux tarvaux de Chritian Blanc...) m'amènent à la conclusion, que la complexité ou la technique ne servent qu'à noyer le poisson ! De cette façon (jargon hermétisme occultisme) on camoufle les véritables intentions qui président au réformes ; il y a dévoiement des objectifs énoncés. Exemple la décentralisation de raffarin: 160 pages de trucs hyper complexe pour au final pas de débat (art 49,3)et une répartition des compétences et des moyens très opaques. Autre complexité inutile : le traité de Lisbonne qui cache une libéralisation des marchés financiers avec constitution d' une europe des élites bien peu démocratique...


Question 2 : il nous faut une plus grande professionnalisation du staff politique ! Un besoin croissant d'admnistrateurs compétents pouvant expliquer clairement les décisions politiques complexes


Non c'est le contraire ! Eclaircit les objectifs, oblige les administration à travailler par objectif, à argumenter leur proposition, à les clarifier... et la simplicité apparaîtra comme par magie ! Quand on sait où on va, que le but est avouable, tout devient très simple ! Sinon tu crées une élite d'experts technocrates qui a pour tâche de complexifier la réalité du monde à seules fins qu'ils en restent les seuls maîtres.


Question 3 : Le énarques sont, à la base, des administrateurs et non des politiques.


Oui à la base ou dans le principe, mais comme vu plus haut, dans les faits ce sont eux les vrais politiques ! C'est cela la perversité du système ! Parce que au bout du compte, même les gens comme toi, éclairés de ces sujets, entretiennent la confusion, ce qui empêche toute dénonciation des abus, mais surtout de voir où il faudrait réformer !

Incidemment, Sarkozy a été choisi par les Français pour ça ! Pour qu'il stoppe ce processus mortifère ! Malheureusement il n'a pas complètement compris le problème ! Lui c'était le joujou du pouvoir qui l'intéressait ! Dommage, car seul un président avec tant de pouvoirs que lui aurait pu enclancher des cercles vertueux en négociant avec tous les enarques par exemple !

Question 4 : La dichotomie classique entre réformateurs et révolutionnaires (Claire M3T fait partie des deuxièmes ; les énarques sont, au mieux des réformateurs (jamais des révolutionnaires), au pire des conservateurs

Je ne suis pas d'accord du tout ! Je vous parais révolutionnaire mais ne le suis point ! Il faut juste faire glisser l'échelle dans le degré de changement voulu et tu me trouveras chez les réformateurs ! Car les énarques ne sont pas mais absolument pas des reformateurs ! Il ne peuvent être au mieux, que conservateurs, mais je crains qu'ils ne soient devenus, à force d'irréalisme, des destructeurs ! Car empêcher le peuple dont on la charge de se construire un destin digne de ce nom, ne peut s'appeler qu'entreprise de destruction ! Darcos avait dit sur l'Education Nationale une fois : non seulement notre école reproduit (selon Bourdieu) les inégalités sociales, mais actuellement elle les renforce , voire elle les produit !

Question 5 : # une séparation entre les intérêts capitalistes et les intérêts généraux (les énarques se placent des deux côtés de la barrière, selon, et ce n'est même pas une histoire de droite / gauche)

Il n'y pas de séparation dans notre pays entre capitalisme et étatisme (ou son faux nez : l'intérêt général). Il est là le problème ... comme indépassable par aucun des partis "traditionnels"....

C'est pourquoi seul le Modem pouvait formaliser cette injustice fondamentale ! Car tu ne peux pas compter ni sur l'extrême gauche, ni même sur la gauche bon teint, qui se servent du combat contre le capitalisme le libéralisme pour imposer plus d'état ou de services publics, ni sur l'extrême droite ou la droite qui sont très à l'aise avec le capitalisme étatique dur qui leur permet , contrairement au capitalisme économique, des se constituer sans risque des rentes et de sauvegarder leurs intérêts de classe, en se drapant dans l'intérêt général.


Question 7 : les énarques, ou équivalents étrangers, ne sont pas le centre de ce problème de conservatisme politique.

Si, ils sont la cause et les conséquences de ce problème ! Un dominant dès qu'il a le pouvoir en main, ne s'en sert pas pour améliorer le sort , des autres, mais pour garder le pouvoir et profiter de ses privilèges ! Ici les énarques, ailleurs les Néorépublicains... Et les politiques s'ils veulent un jour recouvrer une crédibilité, n'auront qu'une seule bataille à mener et à gagner , un seul défi à relever : celle de faire tomber ces citadelles... Sans que le sang soit versé !

Question 8 :
Nous sommes en accord sur le besoin de réforme (mais plus difficilement sur les méthodes). L'adversaire commun est bien Sarkozy & co. Car ils représentent les conservateurs (qui n'ont que très peu de volonté de réforme) et les intérêts de sociétés privées (et non l'intérêt général).

Non ! Pour dire ça, je crois que tu n'as pris la vraie mesure de l'enjeu !
Notre adversaire n'est pas Sarkozy ! Notre adversaire c'est la caste dominante qui étouffe notre pays ! Qu'il faut virer très rapidement ... Malheureusement je crains que notre Président ne soient pas du tout à la hauteur de l'enjeu (L'hallali est pour bientôt ! Dès qu'il sera complètement affaibli, il va se faire broyer lyncher par ces gens irréprochables...)

Non ! Nous sommes dans de sales draps !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Hirmente le Dim 6 Avr - 14:49

Claire, je suis d'accord avec toi.
Quant à l'ENA, ayant pu voir un docu sur l'épreuve orale du concours d'entrée, j'ai été estomaqué de constater combien faible était le niveau de maturité intellectuelle de ces jeunes gens qui sont supposés avoir fait des études supérieures :
des pauvres gosses, bafouillant des vérités livresques,
totalement déconnectés de la vie!
Evidemment, s'ils se bourrent le crane sans réfléchir,
on voit ce que cela donne, même plus tard:
des Chichi, des dedettes, des Hollande, et pire encore.
Ne serait-il pas GRAND TEMPS de leur apprendre aussi
la réflexion
ET
la MODESTIE?...
avatar
Hirmente
habitué

Masculin Nombre de messages : 80
Age : 69
Localisation : Région Savoie
Humeur : intellectuelle et exigente
Date d'inscription : 05/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 15:24

Oui Voirons,

Et quand tu vois que toutes les manettes de ce pays (pouvoir , magistrature, inspecteurs de la fonction publique...mais aussi média : science po école de journaliste...) sont aux mains de gens sortant pratiquement du même moule , Si là ne réside pas un de problèmes les plus sérieux de notre société, je veux bien qu'on me coupe la tête !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Dakaptien le Dim 6 Avr - 15:35

Ah, je respire, je vois que les géologues ne sont pas dans ta liste.

Car, tout de même, Claire, tes théories font un peu peur.

C'et bien de se remettre en question, mais il faut bien aussi que les expériences donnent quelques acquis. Plus tu avances en âge, plus tu as de charges (études des enfants, problèmes liés à la grande vieillesse des ascendants)

Si en plus, la légère augmentation des revenus avec l 'âge est remise en question, on ne pourra plus avoir d'espoir.....
avatar
Dakaptien
habitué

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 63
Localisation : Lille
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 15:51

Dakaptien,

Je sais que mes théories, comme tu dis, sont anxiogènes !

En fait, je voudrais bien explorer avec toi, pourquoi cela fait peur !

Parce que je suis pratiquement certaine d'avoir fait le bon diagnostic ... je veux bien être démentie ! Si au début comme toi, cela m'inquiétait maintenant, cela ne m'inquiète plus parce que j'ai des esquisses de solutions..; et que je me dis si nous mettons ces solutions en place en France, nous pourrons être fiers de nous...

Bon je te dis pas que cela va être simple... Mais j'y crois vraiment !

Au début, quand je suis allé vers le modem, j'ai cru que Bayrou serait capable de porter ces solutions nouvelles, notamment sur la réforme de l'Educ Nat que je préconisais (voir autre fil).

En fait, il s'avère après étude, que ce ne sera pas l'homme de la situation.

Si quand j'expose ces idées, je me fais chaque fois traiter de révolutionnaire, je me fais bannir, ou huer... c'est parce que les gens ne supportent pas d'entendre mon interprétation du monde ! Car effectivement j'attaque les piliers de notre société ... Mais en fait je ne fais que montrer leur pourrissement ! Mais comme personne ne l'a fait avant, en le distillant à petites doses (si nous avions une bonne presse par exemple) eh bien c'est comme si tu arrivais sur l'arbre, une fois les termites ayant fait tout leur boulot : tu vois un monde dévasté...

Dès que j'aurais un peu de temps je vous expliquerai, en me présentant un peu mieux, ce qui dans mon trajet m'a permis d'avoir une certaine lucidité sur ces choses... Lucidité bien difficile à partager, je reconnais !

Claire
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 15:52

Un géologue c'est formidable ! Beaucoup de métier sont fantastiques, d'ailleurs ! Je m'attaque aux gens qui se disent "légitimes" à diriger notre destin ; mais qui n'assument pas leur responsabilité ... Jamais aux professionnels qui font bien leur boulot ... dans quel domaine que ce soit !
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Dakaptien le Dim 6 Avr - 17:36

Pourquoi tes "théories" font elles peur?

Parce que si tu contestes toute légitimité à "l'ordre établi", et si tu te poses la question avec honnêteté, tu aboutis rapidement à la conclusion que le peu de progression sociale que tu as pu avoir, dans bien des cas, a une large part due à l'ancienneté dans la fonction.

Si tu es vraiment honnête tu aboutis à la conclusion qu'un jeune de trente ans, avec un diplôme moins "coté" ferait ton boulot à peu près aussi bien que toi.

Et qu'avec 30% de tes revenus en moins, tu ne fais plus face à tes charges.....

Je prétends donc que la "gérontocratie" de la société a une part de légitimité.
avatar
Dakaptien
habitué

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 63
Localisation : Lille
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Admin le Dim 6 Avr - 19:12

Ah mais Dakaptien,

il ne s'agit pas de critiquer les anciens en tant qu'anciens ! D'ailleurs je critique aussi les jeunes qui profitent du système quand ils s'en servent à leur intérêts...au lieu que cela servent à l'intérêt général !

Non je démonte un système à bout de souffle (mais pas parce qu'il aurait vieilli) mais parce que les principes qui l'animent ne sont pas démocratiques ... et qu'en plus il nous tire vers l'abime...

Admin
Admin

Féminin Nombre de messages : 75
Localisation : 78
Date d'inscription : 04/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://desliberations.forumsactifs.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Dakaptien le Dim 6 Avr - 19:53

Bon, bon, d'accord.

Ma "démonstration" était un peu appuyée, mais c'était pour que tu comprennes mieux mes angoisses.

J'ai bien peur d'être en train de descendre un peu les échelons sociaux, et, on a connu situation plus agréable.
avatar
Dakaptien
habitué

Masculin Nombre de messages : 46
Age : 63
Localisation : Lille
Date d'inscription : 04/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Dim 6 Avr - 23:39

Dakaptien,

Ta remarque est fabuleusement intéressante (dommage que tu pars en vacances).

En fait la plupart d'entre nous sont victimes de cette descente des échelons sociaux.

Tous descendent, sauf qui ?

Donc ton ressenti est un signe ! Mon analyse de la situation se base sur ce genre de signes, ceux que je vois dans ma vie quotidienne, en fonction de ce qui m'arrive !

Alors si cela peut te rassurer, moi j'ai pris le parti de ne me plus me cacher les yeux : au début ça fait mal ; ça m'angoisse ---> puis ça me met en colère ---> le cerveau se met à chauffer, il doit chercher une solution ---> puis tout à coup tout s'éclaircit : j'ai monté un palier dans ma compréhension du monde : j'imagine quelques solutions quelques parades ----> puis je me dis "il faut changer tout ça, ça doit arriver à d'autres que moi, regroupons-nous" ...Pourquoi nous ne saurions-nous pas mieux décider que les autres (qui eux n'ont jamais rien connu de la vie réelle à part le Fouquet's, Neuilly, les belles pépés sur les yachts...) de ce qui nous concerne !

Et je retrouve le moral avec en plus une plus grande intelligence qu'avant de la réalité du monde qui m'entoure !!!

C'est mieux qu'une séance de cinéma ? Non ?

Bon, j'aurai voulu parsemer ce post de tous les emoticons correspondants, mais je vois, il faudra s'occuper de trouver des smilies plus sympas !!!
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Afin de poursuivre le débat: un ex-maître de conférences en sociologie explique pourquoi il a démissionné de son poste

Message par cmelzac le Dim 13 Avr - 16:43

http://209.85.135.104/search?q=cache:7HnovFLkT7wJ:as.unblog.net/wp-content/raisons.doc+sociologie%2Bd%C3%A9mission&hl=fr&ct=clnk&cd=6

cmelzac
habitué

Féminin Nombre de messages : 43
Localisation : strasbourg
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par fred78 le Dim 13 Avr - 17:47

Intéressant...et avec probablement beaucoup de points pas ou peu exagérés.
avatar
fred78
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 9
Localisation : 78
Humeur : ronchon
Date d'inscription : 06/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Lun 14 Avr - 0:50

Oui très intéressant en effet ! J'aime quand les gens relatent leur expérience ! Je trouve cela si riche d'enseignements.

Ce qui est terrible c'est que l'on voit là encore un exemple de dysfonctionnement majeur, d'un organisme sensé servir la réussite futur de notre nation en étant au service de ses citoyens à égalité ! Si on suppose que peu ou prou, on va retrouver ce dysfonctionnement à l'intérieur de toutes nos universités, on voit l'étendu des dégâts sur des générations et des générations d'étudiants...

Tout ça pourquoi ? Pour le plaisir égoïste de quelques petits dominants qui passent tout leur temps et se servent de leurs pouvoirs disponibles à se garder "ce pouvoir", à conserver leurs petits avantages, à organiser leur petit confort...La pérennité du système est assurée, puisque comme ils favorisent ceux qui leur ressemblent (en fait ils les "achètent", comme ils ont été achetés) ces derniers ne remettront pas en cause le système et en deviendront les futurs dociles agents et promoteur à leur tour!

Ce témoignage montre aussi combien, primo il faut du courage personnel pour dénoncer "un petit" bout du système, que la seule solution pour ces personnes honnêtes, sensibles et intègres est la fuite ou la maladie ; en second on ne voit pas ce qui pourrait "un jour" stopper, ce qui est pourtant à l'analyse est non seulement terriblement injuste mais aussi un générateur de "moins" collectif , de destruction sociale, de décadence !

Car qu'espérer de telles personnes ainsi formées, ainsi recrutées, ayant appris la servilité, obligées à des comportements indignes ? Elles vont créer la norme de la société, juger des "méritants" évaluer rejeter les autres ?
Ont-ils même l'esprit nécessaire à un chercheur, qui se doit d'être au service de la "vérité" ? Car qui ment aux autres, ou se ment, se corrompt, ne met pas ses actes en accord avec ses paroles, ne pourra promouvoir que le mensonge, la corruption, l'hypocrisie, ... tous les imposteurs se passant la haine de soi et des autres, dans un mouvement de justification auto justification sans fin... ?

Et quel gâchis que d'obliger ces âmes courageuses ou lucides à fuir alors qu'ils auraient pu tant apporter au collectif, comme ici aux étudiants !

Le bilan énergétique de tels systèmes est catastrophique !

Si nous nous mettions d'accord sur le constat, j'aimerai qu'ensuite, on réfléchisse ici "comment pourrait-on politiquement (ou autrement) enrayer un tel gâchis ?"

C'est dommage, on ne connait pas le nom de l'auteur, car ce serait bien de le ou la faire participer à notre réflexion ?
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Mer 30 Avr - 18:55

Voici un article du monde, qui vérifie le témoignage de l'enseignant chercheur dont il est question ci-dessus :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/04/30/la-cooptation-des-universitaires-est-mise-en-cause_1040115_3224.html
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Hirmente le Mer 30 Avr - 23:08

Ne m'en voulez pas de ne pas intervenir dans ce sujet.
Je n'ai pas compétence confused

ni appétence... Sleep
avatar
Hirmente
habitué

Masculin Nombre de messages : 80
Age : 69
Localisation : Région Savoie
Humeur : intellectuelle et exigente
Date d'inscription : 05/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Claire M3T le Mer 30 Avr - 23:28

Pas de problème, chacun selon ses envies et ses compétences. C'est cela la pluralité !


Dernière édition par Claire M3T le Sam 7 Juin - 15:41, édité 1 fois
avatar
Claire M3T
habitué

Féminin Nombre de messages : 214
Localisation : Utopia
Date d'inscription : 01/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par fred78 le Sam 7 Juin - 12:23

Hier a eu lieu à SciencesPo. un très intéressant colloque organisé par l'association Santé Grandes Ecoles: "Réussir, pour quoi faire. Les grandes écoles, le temps du changement." Toute une partie a porté sur les évolutions récentes: ouverture et diversification. Ouverture sociale, diversification des recrutements, intégration de nouvelles filières, forte ouverture aux étrangers...Le tout sans discrimination positive, mais basée sur l'information, l'aide aux postulants, sur le mérite avant tout aussi. Le modèle "reproduction des élites entre elles, celui présenté autrefois par Bourdieu, a un sacré coup dans l'aile.
Les attentes et préoccupations des grandes écoles évoluent constamment, et finalement rapidement, dans le "bon" sens. Apprentissage de l'interculturel, projet éducatif, tutorat ("apprendre à apprendre, apprendre à entendre") sont des éléments majeurs proposés aux jeunes citoyens méritants. Certes, cet ascenceur social efficace et démocratique reste un peu marginal encore. Je pense que d'ici 10 ans, cela sera la règle.
Certaines écoles ont fait passer leur taux de boursiers de 5% à plus de 20% en 5 ans, et cela continue à évoluer, avec des politiques adaptées de bourses et de frais d'inscription.

Supprimer les grandes écoles serait à mon avis une erreur. Ce système, s'il est bien conduit est un moyen privilégié, propre à notre pays, d'avoir un système éducatif dans le supérieur à la fois efficace et accessible à beaucoup. En parallèle du système universitaire classique.

Je reconnais que le travail à accomplir pour atteindre ces objectifs est encore immense, mais un chemin différent est pris, et il n'y aura pas de retour en arrière.
avatar
fred78
Intéressé

Masculin Nombre de messages : 9
Localisation : 78
Humeur : ronchon
Date d'inscription : 06/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Hirmente le Dim 8 Juin - 16:41

Pas d'accord.
Il doit y avoir plusieurs grandes écoles par discipline,
et
une émulation entre elles, au niveau résultats,
au lieu d'un système de caste, boursiers ou non,
au seul profit des élèves sortants,
qu'ils soient ou non compétents,
et on a aussi pu constater que certains ne l'étaient pas assez.

Je suis
soit pour en faire au moins 3 dans chaque discipline,
avec un concours central à la sortie,
soit pour les faire disparaitre.
J'ai pu voir quelques élèves, interrogés au concours d'entrée à l'ENA.
J'en suis encore sur le cul, d'avoir entendu tant d'inepties!
Ils sont sensés avoir fait sciences po ou qqch du niveau?
Des gosses prétentieux et incultes.
avatar
Hirmente
habitué

Masculin Nombre de messages : 80
Age : 69
Localisation : Région Savoie
Humeur : intellectuelle et exigente
Date d'inscription : 05/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: réforme de l'enseignement supérieur

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum